Notre océan va mal…

Alerte bleue, l’océan est en crise ! Changement climatique, acidification, pollution plastique, surpêche… nombreuses sont les menaces induites par les activités humaines qui dégradent nos écosystèmes marins. Selon le dernier rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), près de 33 % des récifs coralliens sont menacés, de même qu’un tiers de tous les mammifères marins. Plus de 30% des stocks de poissons marins sont surexploités et 60 % de plus sont exploités au niveau maximum. La pollution par les plastiques a été multipliée par dix depuis 1980 et environ 400 millions de tonnes de métaux lourds, boues toxiques et autres déchets issus de sites industriels sont déversés chaque année dans les eaux du monde. Ils ont produit plus de 400 « zones mortes» dans les océans, de véritables déserts biologiques qui recouvrent une surface totale d’environ 245 000 km², soit l’équivalent de la moitié de la surface de la France métropolitaine. Mais le rapport de l’IPBES dit également qu’il n’est pas trop tard pour inverser cette tendance. Nous devons agir vite et à tous les niveaux !

Les Aires Marines Protégées, un outil efficace

Les Aires Marines Protégées (AMP) sont l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre les menaces auxquelles l’océan fait face. Elles permettent de laisser la nature faire son travail dans des zones dédiées, épargnées des pressions humaines les plus impactantes. Elles préservent les ressources marines et leurs services écosystémiques sur le long terme, tout en participant au développement d’activités économiques et culturelles durables, comme l’écotourisme, l’éducation et la recherche. Elles sont aussi un outil incontournable pour lutter contre les principaux impacts du changement climatique. L’Union Internationale pour la Protection de la Nature (UICN) recommande la protection stricte d’au moins 30% de chaque habitat marin, pour pouvoir continuer à tirer des bénéfices durables de ces écosystèmes. Parmi les différentes catégories d’Aires Marines Protégées recensées, les AMP de protection forte, ou celles sans activités extractives, sont celles qui sont les plus efficaces car elles ont les bénéfices écologiques les plus significatifs.

Des engagements ambitieux !

Le domaine maritime français, avec près de 11 millions de km2, est le deuxième plus grand au monde. Il héberge une richesse biologique exceptionnelle, avec notamment 55 000 km2 de récifs coralliens. Le Président Emmanuel Macron a pris l’engagement ambitieux de protéger 30% des eaux françaises d’ici 2022, dont un tiers sous un régime de protection forte. Cet objectif chiffré sera décliné dans la Stratégie Nationale des Aires Protégées qui est en cours de mise à jour et qui sera présentée lors du Congrès Mondial de la Nature de l’UICN en juin 2020 à Marseille. Cette cible de 30% de protection des océans est également l’objectif qui est proposé par l’ONU pour le futur plan mondial sur la biodiversité à 2030 qui sera discuté en octobre en Chine. L’année 2020 est donc une année phare pour la protection des océans en France et dans le monde, avec un agenda politique chargé. Le Printemps de l’Océan semble être annoncé ! Cette prise de conscience politique est nécessaire, car moins de 6% des océans sont protégés aujourd’hui au niveau international et seulement 1,5% des eaux françaises sont placées sous un régime de protection forte. Le niveau de protection optimal recommandé par l’UICN est donc loin d’être atteint.

Une conférence sur les océans pour le printemps

Pour faire écho aux engagements présidentiels et contribuer à leur mise en œuvre, l’ONG Pew et la fondation Bertarelli se sont associés à l’UICN France et l’Institut Océanographique de Monaco pour organiser une conférence intitulée : « Le Printemps de l’Océan ». Elle aura lieu le 15 mai 2020 à la Maison des Océans à Paris de 14h à 19h30, pour faire bourgeonner collectivement les initiatives de protection dans les eaux françaises. Dans une première table ronde, plusieurs experts présenteront un aperçu de la santé des océans dans le monde, des bénéfices des Aires Marines Protégées et un état des lieux de la protection marine dans le monde. Un tour d’horizon des initiatives de protection entreprises dans les eaux françaises sera exposé dans une deuxième table ronde. En enfin, dans la troisième, plusieurs opportunités de protection futures seront mises en avant, pour contribuer à remplir l’objectif de 30% de protection. Les tables rondes s’alterneront avec des « pitch » de plusieurs ONG et des vidéos saisissantes sur les écosystèmes marins de France métropolitaine et d’outre-mer. Plusieurs expositions informatives et artistiques seront également proposées à la maison des océans en marge de la conférence. L’évènement s’achèvera par un cocktail d’amitié pour réunir les amoureux de l’océan. La page internet de cette conférence sera mise à jour progressivement avec les intervenants et le programme final, mais si vous souhaitez, vous aussi, contribuer à la protection de nos écosystèmes marins, n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent !